Accueil LINGUERE SARA LE VOYAGE D'UNE VIE Chronique littéraire d’Hamidou BAH sur « Linguère Sara le voyage d’une vie »

Chronique littéraire d’Hamidou BAH sur « Linguère Sara le voyage d’une vie »

4 min lues
0
8
216
HAMIDOU1

« Lorsque l’on pose le regard la première fois sur l’ouvrage de Béatrice Bernier-Barbé, on ne peut s’empêcher de se poser la question suivante : que peut bien représenter ces trois plumes sur la couverture ? Sans trouver de réponse à l’instant T, j’ai entamé le roman.
Le premier chapitre nous donne directement le ton. Ça risque d’être long, mais tant mieux, car la balade promet à la fois d’être agréable et tumultueuse.

En effet, le premier chapitre n’est autre qu’une illustration comique de notre venue au monde, laissant dans l’esprit du lecteur une question plutôt amusante : si on vous avait prévenu, juste avant d’insuffler votre âme dans ce bout de chair qui sera votre hôte pour la vie, que ça sera dur parfois, que vous allez pleurer, perdre des êtres chères, mais que ça sera aussi amusant, que vous vivrez d’agréable moments, mais qu’à la fin vous mourrez et probablement laisserez un vide autour de vous, que feriez-vous ? Diriez-vous : « C’est parfait je signe » ou plutôt « Oulla, où se trouve la porte de sortie, je vous prie ? ».

Pour ma part, je considère la vie comme un cadeau, avec son lot de bonheur et de tristesse, et vous ?

Enfin ce premier chapitre n’est autre que la naissance de Sara sans H, notre héroïne. Née en terre africaine, au Sénégal, la vie de la jeune fille est rythmée « au gré des voyages et des destinations variées que ses parents choisissent par rapport à leur travail ». Mais c’est toujours dans des lieux exotiques, remplis d’histoire. Principalement l’Afrique, l’Asie et l’Amérique.

Sara ne manque de rien, et à une enfance plutôt dorée. Jusqu’à ce qu’un événement vienne obscurcir le beau tableau familial. Une tâche qu’on n’efface pas facilement… J’en dirais pas plus. Ou si, allez ! Juste un chouia, alors. L’incident se passe en Côte d’Ivoire, dans une période tendue de l’histoire des Éléphants, et c’est sa mère, Raphaëlle, qui sera le pilier fragilisé de la famille. Sara se crée alors une bulle dans laquelle elle s’enferme. Peu à peu elle se rend responsable des moindres incidents. Elle ne trouve nulle part sa place et c’est son corps qui paie les pots cassés. Mais notre héroïne est forte et c’est en grande partie ce qui fait qu’on s’attache à elle.

Après quelques années donc à Abidjan, ses parents reviennent s’installer à Dakar. Sara est inscrite au lycée Jean Mermoz. Oui le célèbre Jean Mermoz, appelé aussi l’Archange. Vous verrez qu’une histoire incroyable, au gout surnaturel unit ces deux personnages qui ne se sont jamais connus et qui viennent d’époques différentes.

Sara passe donc son enfance à Dakar jusqu’à l’obtention de son bac. Vient ensuite le grand envol. Elle immigre (lol) pour la France, pays où elle met les pieds pour la première fois de sa vie alors qu’elle est française. Elle s’inscrit à l’université de Montpellier et commence une nouvelle vie. Un long voyage, semé d’expériences palpitantes, l’attend. Sara trouve un prince charmant qui ne sort pas d’un conte de fée et qui lui en fera voir de toutes les couleurs. J’aimerais tant vous raconter, mais je préfère vous laisser vivre cette expérience avec Sara.

Un petit conseil : vaut mieux ne pas lire certains passages avec un verre de thé en main. Heureusement on pourra compter sur son bel humour. Certains passages sont tout simplement à mourir de rire.

Pour ce qui est des plumes, c’est à la fin que j’ai compris que l’idée ne se trouvait pas dans leurs natures mais dans leurs formes et leurs couleurs. Tantôt chaudes, tantôt froides, tantôt courtes, tantôt longues. Cette idée retrace selon moi, parfaitement les expériences que peut être amené à vivre n’importe qui dans sa vie. C’est ça aussi le voyage d’une vie. Un roman dans lequel toute personne qui lit peut trouver sa petite place.

L’auteure aborde bons nombres de thématiques : l’environnement, le milieu scolaire, la psychologie enfantine, tout comme celle de l’adulte, de l’incarnation, du mysticisme … Enfin ! Un cocktail qui n’est pas sans déplaire au lecteur. Les amateurs de poésie se régaleront avec les magnifiques poèmes que l’auteur nous livre tout le long et qui sont en parfaite symbiose avec ce que vit Sara.

Un sujet en particulier m’a énormément touché, c’est celui de l’avortement, et du recours à L’IVG : cette pratique médicale qui tue l’embryon à quelques semaines de grossesse. Quand c’est la femme qui le décide, c’est peut-être concevable, mais quand c’est autre chose…. Enfin je n’en dis pas plus.

Un ouvrage de 239 pages dont je n’ai pas pu me détacher avant la fin. L’immersion est totale et les émotions, authentiques. Pour un premier roman, l’auteur est vraiment à féliciter. »

Hamidou Bah, auteur et réalisateur

Publiée le jeudi 17 octobre 2019 par l’auteur Hamidou Bah sur sa page Facebook.

Hamidou Bah est l’auteur de trois romans édités aux Editions de L’Harmattan Sénégal : « La mystérieuse disparition du talibé », « La dame de la cave » et « La patte du mal ». (2018 et 2019).

 

Les romans d'Hamidou Bah

Les romans d’Hamidou Bah

Il est également le réalisateur à l’initiative de l’émission « Dans l’œil de » qui œuvre à la promotion des auteures et auteurs au Sénégal.

Crédit photos : Hamidou Bah et copie d’écran via le site de L’Harmattan

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Linguère Sara
Charger d'autres écrits dans LINGUERE SARA LE VOYAGE D'UNE VIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

AU SOLEIL REDOUTÉ – Michel BUSSI – Roman

Où allons-nous ? Aux Marquises, sur l’île d’Hiva Oa, à plus de 1000 kilomètres de Tahiti, …